Chauffage

Comme évoqué dans un article précédent, mon but est de construire une maison en terre, un éco dôme. Comme je le disais, ce type d’habitation possède de nombreux avantages dont celui de l’isolation thermique qui est excellent. Compte tenu de l’environnement où je souhaite m’installer (dans un coin de nature, en retrait), il est fort probable que ce soit en altitude et que les hivers y soient rudes. Il est donc impératif que j’étudie la question du chauffage.

Il va s’en dire que dans l’idée générale de mon projet je souhaite me passer, idéalement, d’un système de chauffage fonctionnant à l’électricité, qui de plus en serait très gourmand. J’envisage donc très sérieusement et naturellement le chauffage au bois, à l’ancienne. Quand on y réfléchi quelques instants, en prenant exemple au moyen-âge (ma référence préférée pour comparaison et inspiration), ils arrivaient très bien à se chauffer tout l’hiver tout en n’ayant pas d’isolation comme nous savons faire aujourd’hui ; et pourtant nous sommes là, preuve qu’ils y ont survécu…
Aujourd’hui, nous en connaissons plus en matière d’isolation, de techniques, nous avons plus de moyens à portée de main… Autant en profiter, n’est-ce pas ?

J’ai donc pensé à deux solutions : une principale, à savoir le feu de cheminée ; ou en plan B si cela venait à ne pas convenir, le poêle à bois.

La configuration des lieux

La terre est à elle-même un isolant excellent. Si on y rajoute de la paille, nous amplifions cette isolation. Les murs porteurs (extérieurs) d’une habitation classique sont en moyenne de 20 cm ; ceux d’une maison en terre (super adobe) sont de 40 à 80 cm… Soit du double à quatre fois plus épais ! Outre la solidité qui en découle, ces chiffres parlent donc d’eux-mêmes.

L’absence de portes à l’intérieur de la maison : juste des voilages pour « fermer » les pièces, notamment les chambres ; la chaleur se dispersera uniformément dans l’habitation à partir du chauffage central, le feu de cheminée ou à défaut le poêle. Les températures extérieures fluctuant progressivement, l’isolation thermique de la maison étant performante, il est toujours temps de réguler « manuellement » la température en apportant du chaud progressivement à l’intérieur.

35003936.jpg

La cheminée se trouverait donc idéalement au centre de la maison, avec une évacuation au-dessus débouchant au sommet du dôme ou à défaut au plus proche des chambres à coucher.

Le problème de la cheminée ouverte, c’est qu’elle ne chauffe (peu) surtout que la pièce où elle se trouve avec un rayon d’efficacité limité. Le principal de la chaleur qui est produite s’en va avec la fumée. Après quelques réflexions, la meilleure solution s’avère donc être le poêle à bois. Même si l’aspect esthétique était super dans mon imaginaire, je troc sans problème cette image pour de l’efficacité…

Différents poêles

Poêle à bûches

Performant pour le chauffage rapide d’une pièce, mais une utilisation plutôt ponctuelle compte tenu de la superficie à traiter. Son rendement autour des 50 % d’efficacité.

Poêle à double combustion

poele-bois-double-combustion-DOVRE-760-CB-1-zoom

Sa particularité est de récupérer le gaz qui s’échappe lorsque les bûches se consument pour l’utiliser comme combustible. C’est un investissement alliant donc performance et respect de l’environnement.

Le pouvoir énergétique du bois provient de 2 sources : de la masse de bois mais surtout du gaz contenudouble-combustion dans le bois. En effet, 75 % du pouvoir énergétique du bois provient du gaz qu’il contient. Le foyer à postcombustion, qui est une seconde combustion grâce aux gaz de la première, permet une économie de bois pour se chauffer. Son rendement
est autour des 80 %. Deux flammes différentes dans le foyer : celles liées aux bûches et les autres liées à la récupération du gaz pour produire plus de chaleur. Le taux de pollution (CO²) est donc bas. Un label « flamme verte » a donc été créé pour ces types de poêle.

Il va s’en dire que son coût à l’achat est supérieur : neuf, les premiers se trouvent aux environ de 650 €. A chercher d’avantage de ce côté, puis au niveau de l’occasion. Mais compte tenu de ses atouts, de son utilité et de son impact, ce serait un investissement qui peut vraiment en valoir la peine.

Il faut ensuite déterminer la surface totale à chauffer, soit de la maison. 1 kW permet de chauffer 10 m² ou 1 kW pour 25m3 (déterminer la hauteur de plafond progressif des dômes pour être au plus juste). Autre point utile : laisser le conduit d’évacuation (acier ou inox) apparent permet de récupérer la chaleur des fumées qui y transitent.

Questions pratiques

Monoxyde de carbone

Afin de prévenir une éventuelle intoxication au monoxyde de carbone (CO), comme pour toute habitation, il faudra annuellement vérifier le conduit d’évacuation du poêle, sans oublier une aération régulière mais cela va de soit, ne serait-ce que pour une bonne hygiène de vie.

Quels bois ?

Tous les types de bois ne brûlent pas de la même manière, aussi il faut brûler les bonnes essences….

1Les résineux sont à éviter, ils encrassent les conduits. Les feuillus durs sont les bois les plus adaptés, à l’exception du châtaignier, qui éclate en brûlant. Le charme, le chêne, le hêtre, l’orme, le noyer conviennent parfaitement. Les feuillus tendres comme le peuplier et le saule brûlent vite, il faut donc les réserver au démarrage du feu.

Stockage du bois

Être propriétaire d’un terrain, boisé qui plus est, implique l’entretien de celui-ci et la coupe de certains arbres, pas tous. Suivant la taille du terrain, la fourniture en bois – de chauffage entre autres – est donc assuré en totalité ou en partie. Après discussions avec d’autres personnes ayant vécues dans un environnement similaire et se chauffant au bois, cela suffit amplement pour passer l’hiver. A défaut, il est toujours envisageable d’acheter du bois à raison d’une soixantaine d’euros le stère et suivant son conditionnement. Mais là n’est pas le but, juste un moyen de secours.

Du bûcheronnage est donc de rigueur et ne me fais pas peur : ce terrain ne m’est pas totalement inconnu, puis, ce sera un rythme à prendre, l’occasion de se faire les bras et de se défouler ! A la hache et à la scie bien entendu…

fendre-bois.jpg

Ne reste donc que la question du stockage de tout ce bois de chauffage. D’une part, comme vu dans l’article sur le choix de la maison, j’y prévois déjà une petite pièce de stockage qui y est consacré, la remise du bois, afin qu’il soit parfaitement sec et à température ambiante avant de s’en servir. Idéalement sur deux moitiés : une première pour le bois fraîchement entreposé et l’autre pour le bois s’y trouvant déjà depuis quelques temps, de manière à faire un bon roulement.

D’autre part, pour le plus gros, il sera stocké à l’extérieur de la maison. Il faudra donc que je confectionne un abri adapté de manière à ce qu’il soit abrité de la pluie pour le pas le tremper constamment et surélevé pour lui éviter de prendre l’humidité du sol, le tout en étant aéré. Il me faudra sûrement profiter de la construction de la maison pour y inclure soit un genre de préau, soit y construire un espace plus grand indépendant et facilement accessible, soit en sac de terres comme la maison, soit fabriqué en bois : l’idée serait de fabriquer une armature en bois assez grande horizontalement et d’y inclure un toit végétal, à niveau du sol. Peut-être profiter de l’espace creusé pour récupérer la terre nécessaire à la construction de la maison en prenant soin d’aménager cet espace de manière à ce qu’il n’y ait pas de coulée de terre, aux moyens d’un mur de pierres par exemple ? Ou contre une paroi rocheuse qui se trouve justement par là…
Quant à la surélévation du bois, l’on peut imaginer confectionner un plancher à l’air de grosses pierres pour la base et de branches pour tapisser le fond horizontalement ; les bûches venant se poser en perpendiculaire, cela devrait faire l’affaire. Sinon, la solution se trouvera sur le moment, je n’en doute pas !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s